CAP Liberté de Conscience ONG de l’ONU

– CAP Liberté de Conscience ONG de l’ONU

– Fenech : Shérif fais – moi peur !

Fecris, à travers elle le gouvernement français soutien la répression sanguinaire contre le Falun Gong en Chine.

Chers (ères) amis (es),

Excusez- moi tout d’abord du retard apporté à la rédaction de cette lettre, mais, comme vous ne le savez peut-être pas, la vie de retraité n’est pas toujours de tout repos. Ne vous inquiétez pas nous ne nous sommes pas tourné les pouces, bien au contraire, pendant toute cette période, comme vous allez le voir.

CAP pour la liberté de conscience ONG consultative spéciale auprès  de l’ONU.

Pour commencer et surtout nous avons une très bonne et très importante nouvelle à vous annoncer. Nos amis de l’association CAP LC viennent d’être agréés comme ONG par l’ONU comme vous le montrera l’encadré ci-dessous datant de juin 2016 (en anglais). C’est un pavé colossal dans la mare des antisectes français qu’une des deux associations militantes pour la défense des minorités spirituelles et des libertés de choix thérapeutique (CAP LC et OMNIUM des LIBERTES) ait reçu l’aval de l’ONU pour son action et peut maintenant faire entendre notre voix à l’Organisation des Nations Unies.

La Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience est désormais une ONG avec statut consultatif spécial auprès de l’ONU. Le bureau du Conseil Économique et Social (ECOSOC) a attribué le « statut consultatif spécial » à la Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience (CAP Liberté de Conscience) le 26 juillet 2016 sur recommandation du comité des organisations non gouvernementales de l’ONU. Ce statut permet à l’association CAP LC et à ceux qu’elle représente (nous entre-autres) de faire entendre leur voix à l’ONU et l’association pourra être éventuellement consultée dans ses domaines de compétence. Toute l’équipe de la Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience reçoit avant tout cette nouvelle comme une reconnaissance de son action menée depuis 2001 en faveur des minorités de conviction. Il est vrai que pour tous ceux qui se battent depuis 20 ans (l’Omnium a été fondé en 1996) pour les droits de minorités spirituelles et des particuliers à leurs convictions et à leur liberté de choix thérapeutique, c’est une reconnaissance sans ambiguïté de leur action. Il est clair également que cela résonne comme un désaveu cinglant et une prise de position nette contre la politique liberticide et discriminante du gouvernement français et de ses milices antisectes (UNADFI, CCMM, FECRIS, CAIMADES, MIVILUDES etc…).

Pour CAP LC, pour notre lutte commune interassociative et le futur CLIMS-France, il était important d’avoir le statut consultatif spécial auprès d’ECOSOC pour mener ses activités de plaidoyer lors desquelles nous prenons parfois des risques. Cette tribune va permettre à la communauté internationale de poser les bonnes questions et d’intervenir plus rapidement et plus efficacement dans les atteintes au droit multiples, notoires et graves des associations antisectes et de leurs supports gouvernementaux  au service exclusif de grands groupes de pression à l’étranger ou en France (Ordre des médecins, Ordre des pharmaciens et autres organisations pétainistes, industrie pharmaceutique et agrochimique, diverses obédiences maçonniques de droite comme de gauche et de manière générale tous les groupements qui n’ont aucun intérêt à voir se développer de nouvelles spiritualités, une vision nouvelle du monde, de la société  et une médecine alternative qui pourraient contester leur hégémonie et leurs intérêts financiers et politiques etc…).

Depuis 1996 avec la parution du Rapport Parlementaire sur les sectes en France, nous avions fait de nombreuses actions et publications  pour alerter l’opinion française et internationale sur les atteintes graves à la liberté d’expression subies par les Minorités spirituelles et de libre choix thérapeutique en France. A la suite de quoi nous avons été menacés et nous avons subies de nombreuses discriminations et pressions. Avec le soutien de la communauté internationale il nous est permis d’espérer que cela cessera et nous apportera une meilleure crédibilité et visibilité, ne serait-ce qu’au niveau médiatique.

Le bureau du CAPLC  a estimé que ce statut permettrait de continuer à mener ses activités dans de meilleures conditions et surtout avec une meilleure écoute, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle avec une quasi-unanimité des médias pour la discrimination sectaire et la manipulation de l’opinion à sens unique dans la sectophobie et la haine.

Demander ce statut implique de se soumettre à des contrôles des Nations Unies : des activités d’évaluation seront réalisées tous les quatre ans par des personnes envoyées par ECOSOC. Si l’association s’est éloignée de ce qui l’a fait rentrer dans ECOSOC on peut lui enlever le statut. Si pendant ces quatre ans on élargit le domaine, on peut aussi passer au statut consultatif général.

Ce statut permettra aussi de développer les activités sur les thèmes abordés. Par ailleurs, chaque année CAPLC pourra disposer d’un rapport sur ses activités. Le comité des ONG peut donner des avis et recommander certaines décisions du Secrétaire Général concernant l’organisation qui pourront l’aider à améliorer ses programmes et son fonctionnement.

Ce statut nous donne la possibilité d’être présent tous les mois de janvier et mai aux réunions d’ECOSOC. Nous pouvons proposer à l’ordre du jour des sujets que nous voudrions voir discuter par le conseil économique et social et ainsi y défendre notre position.

CAPLC en tant qu’ONG a un statut spécial pour le domaine du développement et de la participation, des droits de l’homme et des Droits économiques sociaux et culturels (DESC). L’association a aussi la possibilité d’interpeller un Etat officiellement, de déposer une plainte contre un Etat qui sera recevable et examinée par ECOSOC. ECOSOC interpelle lui-même l’Etat sur des faits décrits. Il peut consulter les ONG disposant du statut consultatif. Ces interpellations peuvent concerner tout autre pays dans lequel nous intervenons et il est possible de se constituer en réseau.

Réunion OMNIUM – CAPLC de Août 2016 :

      Les évènements importants se cumulant pendant la période estivale (ONG, Fondation du Clims), nous avons décidé Thierry Bécourt (président de CAP LC) et moi-même (président de l’OMNIUM) de nous rencontrer au mois d’août avec quelques membres très actifs des deux associations pour définir une stratégie précise concernant l’année 2017 et la fin de 2016. Cette réunion a eu lieu en Bretagne dans un lieu de paix et de haute spiritualité.

      Nous pensons en effet qu’un virage important est en train de se prendre et pourrait changer la donne à l’avenir dans la mesure où les moyens d’agir, les soutiens nationaux et internationaux se mobilisent dans notre sens et nous l’ont fait savoir.

      Nous ne pouvons pas révéler le contenu de nos conversations ni les décisions qui ont été prises dans le cadre de cette lettre que nous savons lue à la loupe par nos adversaires. Il est normal que nous protégions nos initiatives de toute ingérence malveillante pour ne pas compromettre leur réussite ni les personnes qui en auront l’initiative et la responsabilité.

  Je vous promets que je vous tiendrai  informés de leur mise en place en temps opportun mais nous devons rester prudents car, j’en suis convaincu, tout cela ne va pas faire que des heureux dans les milieux antisectes et les faschos en tous genres.

ngo_caplc

Georges Fenech et le Canard enchaîné : Shérif, Fais –moi peur !

Après notre petit article dans la lettre omnium de juin 2016 sur  Georges Fenech dans la lutte contre le Khalifa de Daesh (je veux être calife à la place du Calife), nous ne résistons pas à vous faire partager un article du Canard enchaîné daté d’Août 2016 qui lui en met plein les mirettes et donne une bonne idée du niveau de magouille du personnage. C’est particulièrement vrai quand on connaît le lien de Georges avec le pouvoir saoudien dont on sait l’implication dans le financement de Daesh. Mais peut être faut-il pénétrer le milieu Djiadhiste de l’intérieur pour mieux le comprendre et le contourner, n’est-ce pas Georges ?

canard_enchaine_2016_08_12_

et la politique inquisitoriale  de Poutine en Russie. Une honte pour la France et les Français qui ne sont pas tenu informés de leur participation financière à cette horreur.

C’est le pèlerinage annuel à l’OSCE (Conseil de l’Europe). Deux textes vont être diffusé par CAP LC avec l’approbation et la collaboration de l’OMNIUM. Un sur la Fecris, une Organisation théoriquement Non Gouvernementale financée à 100% par le Gouvernement Français (voir extrait en encadré) et le 2ème sur la Miviludes et les dérives des enquêtes menées par la CAIMADES dont je n’ai malheureusement pas la version française, mais je vous promets de combler rapidement cette lacune.  Il va de soi que le but de ce recours devant le conseil de l’Europe et d’éventuels recours devant ECOSOC et les instances de l’ONU est de dénoncer la politique de soutien de la Fecris à des atteintes graves aux droits de l’homme et, en ce qui concerne le Falun Gong, à un crime contre l’humanité. Cela en dit long sur la véritable identité des antisectes françaises qui, dés qu’on leur en donne les moyens et le pouvoir, se révèlent sous leur véritable jour : c’est-à-dire monstrueux

La Coordination des Associations et des Particuliers Pour la Liberté de Conscience a été fondée en 2000 pour défendre les minorités religieuses contre les discriminations en France et en Europe. La Coordination est une Organisation Non Gouvernementale reconnue par l’ONU.  
M. Valls, l’actuel Premier ministre de la France, rappelait il y a quelques semaines à l’Assemblée Nationale, qu’en France il n’y avait pas de définition légale du mot « secte ». Or, les services du Premier ministre français financent à 100% une association, appelée la FECRIS (Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme), reconnue par le Conseil de l’Europe et l’ONU comme une organisation non gouvernementale (peut-être pas pour longtemps) et dont le but selon ses statuts est de désigner « comme secte ou gourou l’organisation ou l’individu qui fait commerce de croyances et de techniques comportementales ».
Comment un Premier ministre qui déclare qu’il n’y a pas de définition légale des « sectes » en France peut-il financer à 100% une Organisation Non Gouvernementale dont le but est de désigner des « sectes » ?
De plus, La FECRIS déclare, d’après ses statuts que « l’action de la Fédération ne se situe pas sur les plans religieux et politique ». Si la Fecris, comme elle le déclare, ne situe pas son action « sur le plan religieux » et se déclare neutre en la matière, comment se fait-il que le vice-président de la Fecris, une organisation enregistrée par un état laïc – la France – et massivement financée avec l’argent des contribuables français, soit Alexander Dvorkin, citoyen russe béni et financé par le Patriarche de l’Eglise orthodoxe russe pour son action anti-sectes.
L’Eglise Orthodoxe russe persécute, avec Poutine, les minorités religieuses depuis des années. De plus, il y a quelque temps Alexander Dvorkin s’en est pris au mouvement Falun Gong en Chine populaire. Comment Alexander Dvorkin, vice-président de la FECRIS, peut-il s’attaquer au Falun Gong alors que les persécutions dont ses membres sont victimes de la part du gouvernement chinois font l’objet de rapports de la part de l’ONU depuis les années 2000 ?
Comment la France peut-elle continuer à subventionner une telle association qui s’en prend à ce groupe (Falun Gong) dont les persécutions sont reconnues par l’ONU ?
Même l’actuel Premier ministre français, M. Valls, s’était ému de la situation des membres du Falun Gong en Chine, alors qu’il était député. Il avait questionné à ce moment-là le ministère des Affaires Etrangères français concernant le sort des membres du Falun Gong en Chine.
La Fecris et les associations membres de la Fecris s’en sont même pris il y a quelques années à une sociologue italienne parce que le rapport qu’elle avait fourni concernant une minorité religieuse n’était pas conforme à l’attente de la Fecris et des associations anti-sectes italiennes.
Aujourd’hui, c’est en Ukraine, comme l’a rapporté l’association HRWF, que la Fecris s’en prend à un groupe minoritaire.
Nous demandons donc au Premier ministre français de cesser tout support financier de la Fecris.

Qu’est-ce que le Falun Gong ?

Falun Gong est une discipline traditionnelle chinoise qui comprend des exercices méditatifs. Ces principes sont « Vérité », « Compassion » et « Tolérance ».

Ceux qui pratiquent régulièrement constatent, disent-ils, une amélioration de leur santé, l’établissement d’une paix intérieure ainsi qu’un plus grand sens moral.

La pratique du Falun Gong a commencé en Chine en 1992 et s’est répandue de bouche à oreille à travers toute la Chine et au-delà. Libre et gratuite, elle est aujourd’hui pratiquée par 100 millions de personnes dans plus de 60 pays.

Combien de personnes ont été touchées par la persécution contre le Falun Gong lancée par Jiang Zemin ?

Depuis que l’ancien président de Chine, Jiang Zemin a commencé la persécution des pratiquants de Falun Gong en 1999 : 100 millions de gens pratiquent le Falun Gong en 1998 et perdent ce droit en 1999 lorsque Jiang interdit la pratique. Des millions de pratiquants de Falun Gong ont été illégalement arrêtés, détenus et/ou maltraités par la police chinoise. Entre 200 000 et un million d’entre eux ont été envoyé en camp de travaux forcés sans aucun jugement.

Les associations de protection des droits de l’homme ont des renseignements sur plus de 38 000 cas spécifiques de torture ou de mauvais traitements graves. Plus de 1 000 personnes en bonne santé ont été incarcérées dans des hôpitaux psychiatriques et torturé là-bas, ce que condamne l’association mondiale de psychiatrie (World Psychiatric Association). Plus de 500 ont été condamnés à des peines de prisons allant jusqu’à 18 ans. Au moins 2 804 morts sous la torture et les mauvais traitements policiers ont été confirmés, mais des sources provenant du gouvernement chinois parlent d’un chiffre de 7 000 morts.

 Les membres du Falun Gong sont également victimes des prélèvements forcés et non-éthiques d’organes des prisonniers condamnés à mort et des prisonniers de conscience en Chine (annonce faite par un responsable chinois le 7 mars 2014). Malgré la pression internationale exercée sur la Chine depuis plusieurs années et en dépit du discours d’octobre 2013 annonçant l’arrêt de sa dépendance à cette pratique non-éthique, le gouvernement chinois va ainsi pouvoir continuer à blanchir les organes prélevés sur les prisonniers condamnés à mort et les prisonniers de conscience – principalement les pratiquants de Falun Gong emprisonnés – en les intégrant au nouveau système national de dons d’organes. Cela signifie que le gouvernement chinois continuera à enfreindre les lois internationales et les principes éthiques directeurs de l’Organisation mondiale de la Santé et de l’Association Médicale Mondiale sur la transplantation éthique.

Voilà, tout cela n’est pas très gai mais je vous demande de vous joindre à moi et à nous dans la méditation et autres pratiques spirituelles, en plus de nos actions militantes nationales et internationales, pour venir à bout des monstres comme la Fecris qui, sous couvert de lutte contre les « sectes », perpétue l’immonde pouvoir de l’inquisition sous sa forme moderne, avec son cortège de tortures, d’assassinats et autres horreurs.

Nous y parviendrons, soyez-en sûrs, même si nous devons y passer des siècles. En attendant ayons une pensée pour les victimes et ne nous endormons pas.

Salut à tous et à bientôt

A lire « La France et le terrorisme islamiste L’erreur des politiques » par Christian Paturel

cp_2

{lang: 'fr'}
Share on Facebook