Débat sur la laicité

LETTRE D’INFORMATION DE L’OMNIUM DES LIBERTÉS AVRIL 2011

Débat   sur   la   laïcité : une   fois   de   plus, comme  pour   les « sectes » nouveaux mouvements  spirituels, un  trompe-l’œil sécuritaire à  l’égard  de  nos  amis musulmans, un  débat  sans   nécessité réelle pour  une probable  atteinte aux libertés de conscience et de religion dans un avenir politique qui sent le soufre.

La  conférence  au  Droit humain (loge  maçonnique) le 6 nov 2010. Le retour de Alain Vivien sur le devant de la scène.

Chers (ères) amis (ies),

A réception du dernier dossier sur « les médecines alternatives face au cancer » certains m’ont demandé pourquoi ils avaient reçu un dossier incomplet ; Je rappelle que le dossier étant important en volume (12 pages) a été divisé en deux lettres pour des raisons techniques d‘expédition. Vous recevrez donc la deuxième partie ce mois-çi ou au début du mois de Mai.

 

Débat sur la laïcité :

L’UMP cherche les voix du Front national par l’intermédiaire de Claude Guéant, ministre de l’intérieur et de l’immigration, au lendemain d’une défaite cuisante aux cantonales. Incapable de répondre aux vrais problèmes des Français ce gouvernement cherche à gagner des points en jouant la politique du pire, en stigmatisant la communauté musulmane de façon innommable comme elle l’a déjà fait pour les Roms précédemment. En effet pour que le grand rabbin de France se permette de dire que «  la communauté musulmane est mise au banc de la société comme l’a été en d’autres temps la communauté juive », il faut que le malaise soit profond. Pour faire l’unanimité des grandes confessions de ce pays contre soi il fallait vraiment mettre le paquet. Ils l’ont fait, continue de le faire et continueront de le faire. Ils n’ont plus rien à perdre, ils n’ont plus aucune dignité et tous les moyens sont bons, même les pires, pour conserver le pouvoir. A la veille de son débat controversé sur la laïcité le patron de l’UMP, Jean-François Copé, a dévoilé lundi « 26 propositions » avant que Claude Guéant ne suscite une nouvelle polémique en déclarant que l’augmentation du nombre de fidèles musulmans posait « problème ». En 1905, l’année de la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, « il y avait très peu de musulmans en France », a déclaré le ministre de l’Intérieur en marge d’un déplacement à Nantes (Loire-Atlantique). Et d’ajouter: « aujourd’hui, on estime qu’il y a à peu près 5 ou 6 millions de musulmans en France » et « c’est vrai que l’accroissement du nombre des fidèles de cette religion, un certain nombre de comportements, posent problème ». « Je dirais tout simplement qu’il n’y a aucune raison pour que la République accorde à une religion particulière plus de droits qu’elle n’en a accordés en 1905 à des religions qui étaient anciennement ancrées dans notre pays », a ajouté Claude Guéant, en indiquant qu' »il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens. » Ces propos qualifiés « d’irresponsables » par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) ont soulevé un tollé à gauche et l’indignation de tous ceux qui conservent un peu de lucidité et de sens démocratique dans ce pays. Rappelez-vous cependant, mes chères sectes, que la gauche n’a pas eu peur de vous stigmatiser à mort en d’autres temps et, comme nous allons le voir dans la suite, elle se prépare à le refaire de toute évidence à moins que nos bulletins de vote ne les obligent à changer. Les faux amis de la Franc-maçonnerie, les faux-culs des droits de l’homme se préparent à en remettre une couche.

Et pendant ce temps là les mêmes « redresseurs de religions islamiques » et « pourfendeurs de sectes perfides » vont « jouer » aux défenseurs de la démocratie en Tunisie, en Egypte et en Libye surtout sans trop se mouiller quand-même au cas où les dictateurs referaient surface malgré tout, ce que je ne souhaite pas aux hommes libres et dignes de ces pays islamiques. On attend par exemple que les insurgés libyens affrètent un tanker de pétrole d’une valeur de plusieurs millions de dollars avant de leur envoyer de quoi se défendre et libérer leur pays. Drôle d’époque où l’intérêt passe avant la vie et la liberté, où le « cœur » est toujours du côté du portefeuille.

Avant cette nouvelle controverse, le patron de l’UMP Jean-François Copé avait dévoilé les « 26 propositions » de son parti, lesquelles « ne visent en aucun cas à remettre en cause la loi de 1905« . Certaines sont « d’application rapide » et d’autres « par voie législative » après 2012. Par souci d’objectivité dans nos critiques de cette initiative très suspecte sur le fond comme sur la forme voici les 26 propositions en question en détail :

1. Adopter une résolution parlementaire réaffirmant l’attachement aux principes républicains, spécialement ceux de laïcité (avant l’été). Il est bon en effet de rafraîchir la mémoire de nos politiques sur la liberté de conscience et de croyance protégée par la loi!

2. Elaborer un recueil exhaustif des lois, règlements, circulaires et jurisprudences relatifs à la laïcité (avant l’été). Nul n’est censé ignorer la loi en effet surtout les politiques!

3. Rédiger un Code de la laïcité et de la liberté religieuse (après 2012). En ce qui me concerne je me méfie beaucoup de ce soi-disant code de la laïcité qui visera à l’évidence à limiter des libertés acquises par les mouvements religieux par la loi de 1905 et de 1907 et qui deviennent gênantes à présent.

4. Consacrer par voie législative l’interdiction de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s’affranchir des règles communes régissant les relations entre collectivités publiques et particuliers. Là aussi méfiance! Tout dépend ce que l’on fera de cette interdiction. La loi de 1905 était déjà assez claire en elle-même pourquoi en rajouter? Pourquoi faire un cas particulier pour le religieux? Pourquoi une nouvelle loi d’exception? Tous les citoyens sont égaux devant la loi.

5. Prévoir dans le programme scolaire obligatoire un enseignement du principe de laïcité. Pourquoi pas? Du moment que le soi-disant programme ne ressemble pas à une déprogrammation antisectes et antireligieuse.

6. Former à la laïcité tous les agents des services publics. Là on retrouve du Alain VIVIEN dans la formation des agents de services publics à la lutte antisectes et maintenant à la vigilance antireligieuse. Le mot laïcité devient synonyme de discrimination d’Etat.

7. Développer avec les universités un module de formation aux principes républicains, et spécialement à la laïcité, pour les ministres du culte. Pour être curé maintenant ou Imam, il va falloir passer un examen de « conformité républicaine » et être agréé par l’état; Là la séparation de l’église et de l’état en prend un sale coup!

8. Etendre aux collaborateurs occasionnels du service public l’exigence de neutralité des agents des services publics. Bien! Mais ça n’empêchera pas les agents des services publics de pratiquer la discrimination en toute impunité au quotidien comme ils le font vis-à-vis des nouveaux mouvements spirituels.

9. Etendre cette exigence de neutralité aux structures privées des secteurs social, médico-social ou de la petite enfance chargées d’une mission de service public ou d’intérêt général. C’est une très bonne idée surtout en ce qui concerne l’UNADFI, Le CCMM et la Miviludes et on leur retire leurs subventions s’ils ne s’y plient pas.

10. Interdire de récuser un agent du service public en raison de son sexe ou de sa religion supposée. Intéressant! Cela voudrait dire que ça n’était pas le cas jusqu’à présent. C’est bizarre je suis pourtant sûr que la constitution de la république française est bien clair là-dessus; Mais je dois être mal informé!

11. Rappeler par une loi que les convictions religieuses n’autorisent pas à demander un traitement spécifique de nature à mettre en cause le bon fonctionnement d’un service public mais que des aménagements peuvent être trouvés, par exemple pour les prescriptions alimentaires (menus végétariens) et les fêtes religieuses (dates des examens et concours). Cà s’appelle enfoncer une porte déjà ouverte, la loi existe déjà.

12. Interdire de se soustraire au programme scolaire obligatoire (notamment biologie, gym et histoire-géographie). Interdit de toutes façons!

13. Veiller à ce que l’audiovisuel public respecte les cahiers des charges des émissions religieuses. Oui çà c’est vrai, je vais demander à ce que l ‘on respecte le quota de ma petite religion sur France 2.

14. Permettre aux entreprises d’inscrire dans leur règlement intérieur des dispositions sur le port de tenues et de signes religieux. Les limitations devront être nécessaires et proportionnées aux fins de bonne exécution du contrat de travail.

15. Permettre aux entreprises d’inscrire dans leur règlement intérieur des dispositions encadrant les pratiques religieuses (prière, restauration collective).

16. Former les responsables des ressources humaines et les inspecteurs du travail.

17. Elaborer un « guide des bonnes pratiques de la liberté religieuse et du vivre ensemble dans les entreprises ». 4 articles qui fleurent bon le flicage du religieux et du spirituel même dans le privé jusque dans les moindres détails. Quand on a déjà eu à faire avec les critères définissant les sectes de l’UNADFI il y a de quoi s’inquiéter sérieusement. Là aussi l’ombre de Alain VIVIEN plane! Tous les secteurs de la vie publique doivent être « clean », on ne doit pas voir l’ombre d’une présence spirituelle! Ca pue vraiment de la droite fasciste, antisémite, islmaosectophobique et raciste à plein nez.

18. Prévoir expressément dans la loi la possibilité de baux emphytéotiques (baux à très long terme) avec option d’achat et généraliser le recours aux garanties d’emprunt par des collectivités locales.

19. Imposer que les fonds étrangers visant à construire et entretenir des lieux de culte transitent obligatoirement par une fondation nationale, chaque culte créant sa propre fondation.

20. Imposer que la collecte des fonds auprès des fidèles en vue de construire ou d’entretenir des lieux de culte se fasse par le biais d’une association.

21. Simplifier le régime juridique applicable aux associations religieuses et cultuelles.

Ces 4 articles nous intéressent tout particulièrement et j’en profite pour vous rappeler ce que je vous avais déjà indiqué dans la lettre Omnium de janvier 2010 concernant  l’article 4 de la loi du 2 janvier 1907 qui stipule que : « Indépendamment des associations soumises aux dispositions de la loi du 9 décembre 1905, l’exercice public d’un culte peut-être assuré tant au moyen d’associations régies par la loi du 1 juillet 1901 (1,2,3,4,5,6,7,8,9,12 et 17) que par voie de réunions tenues sur initiatives individuelles en vertu de la loi du 30 juin 1881 et selon les prescriptions de l’article 25 de la loi du 9 décembre 1905 ».

En France toutes les associations spirituelles ou les confessions religieuses, même très minoritaires (quelques membres seulement)  qui pratiquent un culte ou des réunions à caractère spirituel peuvent se constituer « sans restriction » en associations cultuelles sans être obligées pour cela de passer par le cadre de la loi du 9 décembre 1905 concernant les grandes églises grâce à la loi du 2 janvier 1907. Vous aurez un dossier complet sur l’ensemble de cette législation dans le cours de l’année mais je peux vous renseigner avant si nécessaire. « Nous pouvons les prendre au piège de leur propre piège ».

22. Clarifier les règles concernant les manifestations et cérémonies religieuses qui se déroulent hors des lieux de culte. Tout cela existe déjà clairement dans la loi de 1905!

23. Encourager les maires à développer les carrés confessionnels dans les cimetières. Bien! Je vais pouvoir caser mon menhir sur ma tombe!

24. Assouplir le régime de protection sociale des ministres du culte. Très bien mais à tous les coups,  ça veut surtout dire qu’ils vont payer plus cher!

25. Réfléchir aux moyens d’éviter que des ministres du culte aient un lien de subordination avec un Etat étranger. Réfléchissez bien en effet! Mais assurez- vous d’abord qu’il n’y pas de lien de subordination et surtout de conflits d’intérêts entre certains membres du gouvernement  et des états despotes ou mafieux étrangers. Par exemple les magouilles financières de Georges Fenech avec le laboratoire Fabre en Tunisie ou les subventions qu’il a perçues des trafiquants d’armes de l’Angolagate. Je n’ai pas encore eu l’occasion de les publier mais les déclarations du juge le jour du procès de Fenech valent leur pesant d’or. Rappelons que ce monsieur a été condamné pour propos racistes et démis de ses fonctions de député pour fraude électorale (quand même!).

26. Mieux encadrer l’abattage rituel (viande halal). Si ça peut leur faire plaisir.

Comme je vous en avais informés dans la lettre omnium du quatrième trimestre 2010, les Francs-maçons ont organisé une conférence publique le 6 novembre 2010 (9 rue Pinel) sur le thème : « les réponses de la Franc-maçonnerie face aux dérives sectaires ». Voici un résumé de l’excellent compte rendu de nos « envoyés spéciaux » sur place. Cette conférence nous permet d’identifier clairement la place majeure de la Franc-maçonnerie dans la lutte contre les sectes, c’est-à-dire tous les nouveaux mouvements spirituels et dans sa détermination farouche à limiter l’influence des religions mêmes reconnues en Europe. Ce n’est pas vraiment nouveau, mais ce qui est nouveau c’est qu’ils le montrent clairement et s’affichent avec des fous furieux antisectes et anticléricaux comme Alain Vivien à la manoeuvre. Vu les antécédents de ce Monsieur  contre lequel nous sommes battus Joël Labruyère et moi-même pendant des années, je vous promets que nous allons mettre le paquet sur le dossier noir de la Franc-maçonnerie française (noir au sens figuré comme au sens strict).

Conférence au Droit Humain (loge maçonnique)

La majorité des 400 personnes présentes étaient des francs maçons des obédiences sœurs au Grand Orient de France, Grande Loge Féminine de France, Grand Loge Mixte Universelle. Une quarantaine de Raëliens étaient présents devant les locaux du Droit Humain pour faire une manifestation pacifique. Ils ont distribué environ 200 brochures de CAPLC et aussi un tract qu’ils avaient rédigé. Etaient présents des membres de CAP pour la Liberté de Conscience, de l’Omnium des Libertés et du Centre d’ Information et de Conseil des nouvelles Spiritualités.  Il y  avait aussi des pancartes avec les articles des droits de l’homme sur la liberté de religion.

Le débat se partageait entre 4 orateurs : Jougla vice-président de l’Unadfi ; Parquet : Psychiatre au conseil d’orientation de la Miviludes ; Alain Vivien vice président de l’Observatoire International de la Laïcité et du communautarisme ; Roger Dachez Historien de la Franc-maçonnerie et Franc Maçon lui-même. Assis parmi les intervenants, pour répondre aux questions, Catherine Picard et le président du CCMM.

Dans son discours d’ouverture le président Jacques Samoueulian a indiqué que ce colloque faisant suite à la création en 2009 d’un comité de vigilance contre les sectes au sein du Droit Humain en association avec d’autres obédiences sœurs. Il a aussi mis l’accent sur le fait que la Franc-maçonnerie n’était pas une secte par contre il avait pu constater que sur le net quand on associait Franc- maçonnerie et sectes sur le moteur de recherche Google il y avait 140 000 pages qui associaient les deux mots (bien fait !).

1er intervention : M. Jougla (vice-président de l’Unadfi) : M. Jougla est juriste et psychologue. Il a parlé de l’emprise mentale et de la manipulation mentale au sein des sectes tout en signalant que étant donné la présence au sein du public de membres de certains mouvements il ne citerait aucun mouvement de peur d’un procès (courageux mais pas téméraire !). Mise en garde reprise également par Jacques Samoueulian.

2ème intervention : M. Parquet. Le psychiatre de la Miviludes est resté sur le domaine de la manipulation mentale et de la prise de précautions pour ne pas nommer de groupe particulier.

Une intervention très remarquée dans la salle:

Jean François Bayard en tant que représentant des anonymous France ; Il est intervenu pendant le temps imparti aux questions avec la salle. Il s’est présenté sous ce nom de Jean François Bayard. Son intervention était sur l’église de Scientologie. Il s’en est pris à une entreprise de formation professionnelle Eagle Flight. Pour lui cette entreprise est une émanation de la Scientologie et donne des formations à des entreprises françaises telles que France Télécom.  Il a fait un raccourci qui fait froid dans le dos et très caractéristique des antisectes en affirmant que les suicides au sein de France Télécom  étaient peut-être dus à la formation de cette entreprise issue de la Scientologie. Cette intervention a été appréciée dans la salle mais a créé une certaine gêne parmi les intervenants. M. Parquet a répondu de façon générale sans reprendre la ligne ennemie et aucun autre intervenant n’a fait de commentaire sur le sujet. A noter qu’avant la conférence Mme Picard était en conversation avec lui.

Quelques autres interventions peu significatives dans la salle. Catherine Picard a rappelé que la liste de 1995 n’avait pas de valeur juridique (c’est gentil de sa part mais ça ne l’empêche de l’utiliser quand même) et ne pouvait pas être utilisée pour des actions de justice ou d’un maire d’une commune. Par contre Picard a dit que les différentes revues destinées aux communes et employés municipaux faisaient régulièrement des publications sur les sectes.

Troisième intervention : A Vivien vice-président de l’Observatoire Internationale de Laïcité et du Communautarisme. Le retour du grand inquisiteur chinois!

En 2007 le Grand Orient de France lors d’une conférence sur les religions et l’Europe faisait le constat de leur retard dans les institutions européennes.  L’exemple de l’Eglise Catholique qui a une organisation le COMECE qui possède une équipe de 250 personnes qui travaillent à plein temps à faire du lobby auprès des institutions européennes ou de l’Eglise de Scientologie avec le Bureau des Droits de l’Homme. A l’époque (2007) le Grand Orient constatait qu’il n’avait qu’une personne.  Donc suite à cette conférence le Grand Orient a réagi avec la création de l’Observatoire Internationale de la Laïcité et du Communautarisme dont le président est l’ancien Grand Maître M. Guillardet et un des vices-présidents M. A Vivien.

Il a expliqué que, à l’instar de l’Eglise catholique qui a développé un lobby important auprès des institutions européennes et de l’Eglise de Scientologie qui a fait de même auprès du bureau des droits de l’homme, l’Observatoire international de la laïcité et du communautarisme qu’il dirige avec l’ancien grand Maître de la Franc-maçonnerie M. Guillardet  allait développer son influence auprès de ces organismes. Il a aussi parlé du lobby organisé par les mouvements « sectaires », leur présence à l’OSCE ; Il a aussi parlé du rapport d’Etat américain qui cite la France régulièrement pour ses manquements à la liberté de religion rapporté par les mouvements et des associations. Le programme annoncé par Vivien de l’Observatoire est de renforcer leur action au niveau européen. Il a développé son discours sur les deux axes qui se dégagent des institutions européennes. D’un côté un axe plutôt anglo-saxon qui a une vision plus libérale vis-à-vis des minorités spirituelles et de l’autre le bloc de l’Est (les nouveaux entrants dans la communauté) et la Russie, particulièrement virulents dans la lutte contre les minorités spirituelles.

Quatrième intervention : Roger Dachez Historien de la Franc-maçonnerie et Franc-maçon lui-même :

Le thème de son intervention : pourquoi la Franc-maçonnerie n’est pas une secte et l’historique de la Franc-maçonnerie.

Autre intervenant : Mr Contremoulin pour le Grand Orient de France :

Il a commencé a féliciter M. Bayard (Anonymous) pour leur courage et leur travail et l’assurer du « plein soutien du Grand Orient ». Il a parlé de travail du Grand Orient pour soutenir les actions au niveau européen. Il a fini par un appel aux donations de la part des Francs-maçons aux associations comme l’Unadfi et le CCMM car ils étaient en perte de fonds (les pôvres !).

Fin du colloque environ 18 heures.

LETTRE D’INFORMATION DE L’OMNIUM DES LIBERTÉS AVRIL 2011

{lang: 'fr'}
Share on Facebook