Manuel Valls relance la guerre contre les mouvements spirituels et  les médecines

Manuel Valls, ministre de l’intérieur en charge des cultes, relance  la  guerre contre les mouvements spirituels et  les médecines alternatives. Diffamation d’Etat.

 – Ces  Francs-maçons  qui nous gouvernent. La Violation du principe de laïcité

 – Appel à cotisations.

Chers amis (ies),

Je comptais pouvoir vous annoncer pour 2014 une petite embellie dans le ciel de la sectophobie, mais les ambitions politiques du nouveau Sarkozy « de gauche » (Manuel Valls) en ont décidé autrement comme nous allons le voir dans la suite de notre lettre.

Cela ne m’empêchera pas de vous souhaiter à tous et à toutes une bonne et heureuse année 2014 et aux sectophobes de tous bords une année calamiteuse.

C’est dans un article de novembre 2013 paru dans le nouvel observateur que Manuel Valls relance la lutte contre tous les nouveaux mouvements religieux, sans les nommer directement (courageux mais pas téméraire) et contre les médecines alternatives  qui semblent faire  trop d’adeptes à son goût en France. On y retrouve le sénateur Alain Milon, président de la commission d’enquête 2012/13 sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé, dont nous avons longuement démontré la compromission avec les lobbies pharmaceutiques dans nos lettres précédentes. Tous ces braves gens (Valls, Milon) sont membres d’une secte bien réelle celle là qui s’est emparée du pouvoir en France: la Franc-maçonnerie. Pour ceux d’entre-vous qui n’auraient pas conscience de l’ampleur du phénomène je vous joins un autre article du nouvel Observateur (lié au PS !) sur les membres du gouvernement appartenant à la Franc-maçonnerie. Rappelez-vous aussi que Catherine Picard, présidente de l’UNADFI et membre de la Miviludes est aussi membre du Droit Humain et membre du conseil national du parti socialiste.

« Les sectes, c’est la négation de l’individu », dit Valls

Le nouvel observateur le 23/11/2013

PARIS (AFP) – « La lutte contre les dérives sectaires est un combat essentiel », a affirmé samedi soir Manuel Valls en clôture d’un colloque sur l’emprise des sectes, car « les sectes, c’est la négation de l’individu ».

Le ministre de l’Intérieur, en charge des Cultes, a annoncé que ses services allaient s’atteler notamment à la question des « exorcismes extrêmes » pratiqués par certains mouvements religieux et des « écoles de fait » qui utilisent des méthodes éducatives alternatives.

M. Valls s’exprimait en clôture d’un colloque de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les Dérives sectaires), où psychiatres, magistrats, responsables de santé publique, parlementaires ont évoqué le processus d’emprise de gourous dont « tout un chacun peut devenir victime », selon le sociologue Gérald Bronner.

« C’est comme gravir un escalier, dont les premières marches sont si peu élevées qu’on ne se rend pas compte qu’elles mènent à des marches de plus en plus hautes qui vous éloignent de plus en plus du sens commun », a-t-il expliqué.

Evoquant la personnalité des gourous, le psychiatre Daniel Zagury, expert auprès de la Cour d’appel de Paris, a noté, que « ces gens ont des radars, une extraordinaire habileté à saisir les failles de l’autre ».

Une « emprise », un « abus de transfert » selon le psychiatre, qui pour Manuel Valls, conduit à la négation de l’individu. Dans toutes ses dimensions: sociale, citoyenne, libre bien sûr. Mais aussi sa dimension personnelle familiale.

Lutter contre les dérives sectaires, a poursuivi le ministre, « c’est un combat essentiel. Il doit mobiliser, car les sectes portent atteinte à ce qui nous est le plus cher collectivement, et bien souvent, à ce qui nous est le plus cher, individuellement ».

Le sénateur du Vaucluse Alain Milon, président de la commission d’enquête 2012/13 sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé, a souligné que « cela va de l’adoption d’une nouvelle manière de se nourrir, aux rituels de purification, promesses de miracles, mais aussi traitements les plus farfelus ».

Manuel Valls a rappelé à ce sujet que « quatre Français sur dix ont recours à la médecine alternative ou parallèle, et près de 3.000 médecins seraient en relation avec des organismes présentant des risques de dérives sectaires ».

« Le travail d’observation et d’information, selon le ministre, est d’autant plus compliqué que de plus en plus, on assiste à l’atomisation, au développement de microstructures et de réseaux informels ».

« Ils agissent au sein des grands courants de pensée véhiculés par les mouvements sectaires, principalement au sein de la mouvance nouvel âge, nébuleuse mélangeant spiritualités orientales, ésotérisme occidental, thérapies alternatives et univers du développement personnel », a-t-il détaillé.

Le caractère diffamatoire des déclarations de Manuel Valls.

Les déclarations de Manuel Valls constituent une diffamation caractérisée du ministre de l’intérieur qu’il est à l’égard des nouveaux mouvements religieux ou spirituels. Diffamation  qui ne s’appuie, comme d’habitude, sur aucun fait juridiquement établis. Nous sommes habitués depuis longtemps à ce genre d’insultes et de diffamations frisant la dénonciation calomnieuse surtout de la part de l’ex-président de la Miviludes : Georges Fenech. Mais là il s’agit du ministre de l’intérieur, c’est-à-dire du responsable de l’administration des cultes et du garant de l’ordre public. Hors il s’agit bien là d’un trouble grave à l’Ordre public, d’une incitation sans fondement à la haine des mouvements spirituels issues de la mouvance New Age, des spiritualités d’inspiration orientales, des thérapies alternatives dont nous avons déjà publié la longue liste c’est-à-dire toutes celles qui ne sont pas reconnus par l’Ordre des Médecins. Il calomnie de la pire façon sans les nommer tous ces gens qui n’ont strictement rien à se reprocher. Les nommer serait s’exposer à la condamnation de la justice et pour s’exposer il faudrait en avoir comme on dit, mais ce n’est pas le cas. On dérive progressivement de la notion de lutte contre les dérives sectaires à la notion de sectes et de sectophobie qui avait disparue depuis quelques années ce qui constitue un retour en arrière considérable. Nous allons donc interpeller le gouvernement et les représentants de l’Etat sur ce nouveau virage et nous enquérir des conclusions judiciaires que nous devons en tirer. Nous allons encore servir de bouc émissaire aux ambitions politiques de Manuel Valls, le Zorro du parti socialiste qui pense ainsi conquérir par la peur les voix des français comme il l’a déjà fait avec l’histoire des Roms. L’affaire Dieudonné, même si ce monsieur mérite une  condamnation pénale « effective » pour le calmer (il a déjà été condamné à 7 reprises), est un autre exemple de cette politique destinée à détourner l’attention des vrais et graves problèmes des français et à glaner quelques voix par une poussée d’insécurité. C’est la politique suivie par Sarkozy et ses sbires à une autre époque. On racle vraiment le fond ! Mauvais calcul par ailleurs, Monsieur le Ministre car diffamer quatre français sur dix qui ont recourt aux médecines parallèles et croient dans le pouvoir de l’esprit, ça risque de faire quelques millions d’électeurs qui seront amenés à se poser des questions sur vous, les véritables intentions de votre gouvernement et de votre parti. Et compter sur nous et nos amis pour qu’ils se posent des questions à la veille des élections !

Ces francs-maçons qui nous gouvernent.

Le Nouvel Observateur  le 06-01-2013 Par  Sylvain Courage et Renaud Dély

Depuis l’élection de François Hollande, les frères sont de retour et peuvent compter sur des relais haut placés, au Sénat à l’Assemblée ou à Matignon. Portraits :

MANUEL VALLS

Le ministre de l’Intérieur a été initié au Grand Orient de France dans les années 1980. Ce n’est pas Alain Bauer, son ami et futur grand maître qui l’a mis au parfum mais un responsable socialiste parisien. Valls a pris ses distances avec les ateliers dès 1996. Mais place Beauvau, où la tradition maçonnique perdure, cette formation se révèle utile… (Photo Witt-Sipa)

JEAN-YVES LE DRIAN

Membre du GO de longue date, le maire de Lorient et fidèle ami de François Hollande a pris les rênes du ministère de la Défense. Cédric Léwandowski, directeur du cabinet du ministre, est un initié influent. Selon la tradition républicaine, les frères sont nombreux parmi les officiers. La nomination de Le Drian n’a pas fait de vagues. (Photo Sevgi/Sipa)

JÉRÔME CAHUZAC

La carrière d’élu à Villeneuve-sur-Lot passe nécessairement par les loges. Le ministre du Budget a participé à de nombreuses tenues. Mais Jérôme Cahuzac n’a jamais reconnu qu’il a appartenu à la chaîne d’union des maçons du GODF. Cependant, il n’a pas démenti non plus cette appartenance que beaucoup d’initiés lui prêtent ! (Photo B. Chibane/Sipa)

ALAIN VIDALIES

Dans les Landes, son initiation à la franc-maçonnerie locale est un secret de Polichinelle. Mais le ministre des Relations avec le Parlement ne souhaite pas confirmer ou commenter cette appartenance bien utile : dans les deux Chambres, quelque 150 élus membres de la Fraternelle parlementaire se reconnaissent encore de la franc-maçonnerie. (Photo Witt-Sipa)

VICTORIN LUREL

Le président du conseil régional de Guadeloupe devenu ministre des Outre-mer a été initié en 1988 au Grand Orient de France et fréquente la loge Acacia des Tropiques. En novembre dernier, il a accompagné François Hollande au siège parisien du Grand Orient lorsque le candidat socialiste a été auditionné en tenue blanche fermée. (Photo M. Euler/Sipa)

ANNE-MARIE ESCOFFIER

La ministre déléguée chargée de la Décentralisation a été nommée à la demande de Marylise Lebranchu. Anne-Marie Escoffier entretient les meilleures relations avec la Grande Loge féminine de France (GLFF). Et pour cause : l’ex sénatrice radicale de gauche de l’Aveyron y aurait été initiée. (Photo Antoniol/Sipa)

FREDERIC CUVILLIER

L’ancien maire de Boulogne et député du Pas-de-Calais a de solides amitiés chez les maçons nordistes. Interrogé au sujet de son initiation au Grand Orient de France, le ministre des Transports et de l’Economie maritime a indiqué qu’il ne pouvait répondre. Garder le secret est une attitude 100% maçonnique… (Photo Antoniol/Sipa)

CHRISTOPHE CHANTEPY

Centralien et énarque, le directeur du cabinet de Jean-Marc Ayrault a fréquenté les loges du GODF. « J’ai été au Grand Orient de France. Mais je n’y suis plus », assure-t-il. Une chose est sûre : son emploi du temps à Matignon ne lui permet guère de participer régulièrement à des tenues comme l’exige la règle maçonnique. (Photo J. Mars/Sipa)

 JEAN-PIERRE BEL

A peine élu président du Sénat, il recevait le grand maître d’alors, Guy Arcizet, pour parler laïcité. Elu local puis sénateur de l’Ariège, ce fidèle de Jospin, puis de Hollande, passe pour avoir été initié au Grand Orient, même s’il doit sa formation politique au trotskisme version LCR. Discret par nature, Bel n’a jamais confirmé. (Photo Chesnot/Sipa)

FRANÇOIS REBSAMEN

Membre actif du Grand Orient de France jusqu’à son élection à la mairie de Dijon en 2001, le président du groupe socialiste au Sénat rêvait du ministère de l’Intérieur où son réseau aurait fait merveille. Hélas, il a été coiffé par un « frère » : Manuel Valls. Les deux hommes ont su se réconcilier. Preuve que la fraternité n’est pas un vain mot. (Photo Ibo/Sipa)

JEAN-VINCENT PLACÉ

« C’est une question d’ordre privé. Mais je connais la franc-maçonnerie. » Ainsi s’exprime le président du groupe Europe Ecologie-les Verts au Sénat, repaire traditionnel de notables francs-maçons. Initié au GODF, Jean-Vincent Placé, passionné de Napoléon et apôtre de la laïcité, est un maçon très actif. (Photo Witt/Sip)

JEAN-MICHEL BAYLET

Comment présider le Parti radical de Gauche (PRG) sans avoir été formé par les loges ? Par tradition familiale et politique, le Toulousain Jean-Michel Baylet est dans la franc-maçonnerie en 1991, au sein de la loge Demain du Grand Orient de France fondée par l’ancien grand maître Roger Leray. (Photo B. Chibane/Sipa)

  JEAN-LUC MÉLENCHON

Après s’être longtemps refusé à tout commentaire, le candidat du Front de Gauche à la présidentielle l’a confirmé début 2012. Il est bien entré en franc-maçonnerie dès 1983. L’ancien trotskiste explique cette initiation à la loge Roger Leray du Grand Orient de France par son attachement aux idéaux républicains. (Photo Witt/Sipa)

ET AUSSI…

« Maçons friendly » ou « sans tablier » : Marylise Lebranchu (Ministère de la Décentralisation), Stéphane Le Foll (Ministère de l’Agriculture), Vincent Peillon (Ministère de l’Education), Michel Sapin (Ministère du Travail), Thierry Repentin (Formation professionnelle), Aquilino Morelle (conseiller politique du président).

Assemblée initiés : Claude Bartolone, Christian Bataille, Henri Emmanuelli, Pascale Crozon, Pascal Terrasse, Brigitte Bourguignon, Odile Saugues, Jean-Marie Le Guen.

Sénat initiés : Michèle André (Puy de Dôme, PS), Robert Navarro (Hérault, PS).

PS initiés : Jean le Garrec (ancien ministre), Elisabeth Guigou (ancienne ministre), Philippe Guglielmi (premier secrétaire fédéral du PS de Seine-Saint-Denis), Guy Arcizet (ancien grand maître du GO), José Gulino (grand maître du GO).

Collectivités locales initiés : Jean-Jacques Queyranne, (président de la région Rhône- Alpes) Gérard Collomb, (maire de Lyon), Jean Germain, (maire de Tours), Daniel Percheron, (président de la région Nord-Pas-de-Calais).

La violation du principe de laïcité.

Tous ces braves gens expliquent leur adhésion et leur initiation à la Franc-maçonnerie par leur attachement aux idéaux républicains ce qui est louable en soi quand il s’agit de lutter contre la haine raciale, l’intolérance etc… Ils voudraient nous faire croire que c’est au nom de ces soi-disant idéaux républicains qu’ils partent de plein droit en guerre contre tous les nouveaux mouvements religieux et toutes les médecines alternatives sans exceptions. Ils voudraient nous faire croire que c’est au nom de l’idéal républicain et de la laïcité qu’ils luttent contre tout ce qui ne rentre pas dans leurs normes idéologiques et surtout leurs intérêts.

La laïcité est une conception et une organisation de la société fondée sur la séparation de l’Église et de l’État et qui exclut les Églises de l’exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l’organisation de l’enseignement. Ce qui est le cas en France sauf pour l’enseignement catholique organisé par l’Eglise catholique qui constitue une exception de taille. Le principe de la laïcité de l’État est posé par l’article 2 de la Constitution française de 1958.

Cependant la laïcité implique l’impartialité ou la neutralité totale de l’État à l’égard des confessions religieusesquelques soient. En vertu du principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat, la laïcité s’oppose totalement à la reconnaissance d’une religion d’état. En France, mis à part la religion catholique historique et les grandes confessions reconnues, l’Etat rejette toutes les religions minoritaires et tous les mouvements spirituels légalement déclarés (associations loi 1901 ou 1907) en violation totale du principe de laïcité. En France l’Eglise catholique bénéficie de privilèges incontestables en monopolisant l’ensemble des églises et des chapelles qui sont théoriquement la propriété du  peuple français et donc lieux publics. Elle se mêle secrètement de politique à travers ses écoles de formation des cadres administratifs de l’Etat gérées par l’Opus Dei, secte catholique partout présente en Europe. Nous avons une de ces écoles en Bretagne près de chez nous. Certains hommes d’Etat français (comme feu Raymond Barre par exemple ou Hervé Gaymard) sont ou étaient membres de l’Opus Dei et ne s’en cachaient pas.

APPEL A COTISATIONS POUR l’ANNÉE 2014 :

N’oubliez-pas de nous envoyer vos cotisations à l’Omnium pour l’année 2014 et de nous retourner la fiche d’inscription ci-jointe. La cotisation 2014 restera à 35 € comme les années passées, la cotisation de soutien à 50 € et les dons en fonction de vos possibilités pour ceux qui peuvent le faire. Merci d’avance de votre participation à la vie et aux frais de notre association (loyer du local et divers frais techniques, frais d’expédition, Internet). N’oubliez-pas que nos moyens sont très modestes et que votre participation nous est absolument indispensable. Aux lettres que vous recevez dans l’année par la poste viendront se rajouter des dossiers consacrés cette année surtout à l’information pratique sur les possibilités des médecines alternatives.   Et bien sûr n’hésitez-pas à nous écrire et à nous donner des idées et des infos comme les années précédentes.

Salut à tous et à bientôt  Jacques Dubreuil

BULLETIN D’ADHÉSION 2014 A L’OMNIUM DES LIBERTÉS.

 

     NOM :…………………………………..Prénom :…………………………………………  

     Adresse :…………………………………………………………………………………….

          ……………………………………………………………………………………………

     Tél :……………………………….. E.mail :………………………………………………..

   

      Cotisation à l’association :     35  euros.

      Cotisation de soutien :            50   euros.

      Don à l’association :……………..euros.

      Chèques libellés à l’Ordre de : Omnium des Libertés.

 

      Bulletin à renvoyer à : ASSOCIATION de L’OMNIUM des LIBERTES.

                                                 Le Pont du secret  – 35 380 – PAIMPONT. 

                                            Tél : 06 80 33 47 54 (portable de Jacques Dubreuil).

                                  E.mail : dubreuiljacques.omnium@orange.fr

BULLETIN D’ADHÉSION 2014

{lang: 'fr'}
Share on Facebook