Lettre à Mesdames et Messieurs les Députés de la République française.

Madame, Monsieur,

En décembre 2006, une commission parlementaire présidée par Mr le juge Fenech a remis son rapport au président de l’assemblée nationale et a diffusé sur l’ensemble des médias publics nationaux un nouveau message gravement diffamatoire à l’encontre des mouvements dits  « à caractère sectaire », concernant leur soi-disant influence négative sur les mineurs.

Or cette même commission a auditionné de nombreux représentants et responsables des ministères concernés par ce problème (Ministère de la Justice, de l’Education nationale, des affaires étrangères, de l’Intérieur, de la Jeunesse, des sports et de la vie associative) qui tous ont conclu au fait que la problématique sectaire concernant les enfants est extrêmement marginale par rapport à l’ensemble des autres problèmes concernant les mineurs (8 affaires en France contre 100.000 concernant l’ensemble de la population !).

Pour les membres de cette commission, pour le président de la Miviludes, Jean-Michel Roulet et surtout  pour la présidente de l’UNADFI, Mme Picard, il y a autant de cas que d’enfants recensés dans les mouvements dits « à caractère sectaire » et tout particulièrement les témoins de Jéhovah (c’est-à-dire environ 60000 !).

LIRE LA SUITE

Un colloque sur un thème accrocheur qui aurait pu effectivement avoir un certain degré de réalité concernant cette plaie éternelle qu’est le charlatanisme en matière de santé à condition de ne pas se tromper de cible. Colloque  organisé par des médecins et des « psy » qui auraient mieux fait de s’inquiéter des problèmes abyssaux auxquels sont confrontés leurs professions en matière de santé et de déontologie. Le « charlatanisme » aveugle et borné est partout présent dans les professions médicales et il tue infiniment plus de monde que l’incompétence ou l’ignorance de quelques marginaux. La chasse aux sorcières des antisectes qui veut mettre fin depuis la nuit des temps à la guérison par l’esprit, par l’énergie vitale, par les pierres et les plantes, elle aussi héritée de nos lointains ancêtres partout dans le monde, cette chasse aux sorcières se trompe grossièrement de cible à l’encontre d’hommes et de femmes qui méritent, plutôt, pour la grande majorité d’entre-eux, reconnaissance et considération.

Etaient invités comme intervenants à ce colloque 1°) des psy : Dr Michèle Bompart-Porte, Dr Laurent Jezequel, Mme Sandrine Wuy, Mme Martine Maurer, Mme Sonya Jougla ; 2°) Des membres de l’ordre des médecins national et local : Dr Daniel Grunwald (Miviludes), Dr Pierre Jourdren (OM Finistère) ; 3°) Des antisectes notoires : Catherine Picard (UNADFI), Annick Le Héritte (ADFI Bretagne-sud), Benoît Leblanc (CCMM), Daniel Groscolas (CCMM), Guy Rouquet (Psychothérapie Vigilance), Renaud Marhic (journaliste antisecte), Jean-Pierre Jougla (avoué antisecte) ; 4°) une seule et unique victime « innocente » : Mr Cyril Kirsanoff (militaire de carrière !!!).

LIRE LA SUITE

Après la déconvenue de l’UNADFI lors de son procès en appel de mars dernier, les mauvaises nouvelles n’ont pas arrêté de pleuvoir cet été sur la tête de l’UNADFI, du CCMM, de la Miviludes et les condamnations pour diffamation aussi. Je vous rappelle brièvement les faits concernant l’appel : le tribunal de  Paris avait donné, en première instance, raison à l’UNADFI contre nous et nous avait lourdement sanctionnés pour procédure abusive en prononçant des peines d’amendes rocambolesques (des dizaines de milliers d’Euros), des peines d’annonce très onéreuses dans les journaux et autres frais de procédure. Contrairement à ce jugement de première instance, la cour d’appel de Paris a considéré que nous n’apportions pas encore suffisamment de preuves pour que le tribunal puisse prononcer la dissolution de l’UNADFI, mais que, par contre, au vu des dossiers et des témoignages produits, notre procédure était parfaitement justifiée et qu’il n’y avait donc pas lieu de nous condamner pour procédure abusive. L’UNADFI  a donc perdu l’intégralité des gains de la procédure précédente, y compris le remboursement de ses frais de procédure ce qui est rare dans ce genre de procès. C’est donc une demie victoire pour nous mais c’est surtout une brèche dans l’incroyable complicité dont la justice a toujours fait preuve à l’égard de l’UNADFI et du CCMM jusqu’à présent.

Depuis, Madame PICARD, présidente de l’UNADFI a été condamnée à une amende conséquente pour diffamation à l’égard de l’association des témoins de Jéhovah et le tribunal a cru bon de rappeler que les témoins de Jéhovah constituent une association cultuelle reconnue par l’état français. Une diffamation de plus qui justifierait la dissolution de votre association très diffamante Madame PICARD !

LIRE LA SUITE

J’ai tardé pour plusieurs raisons à envoyer cette lettre : les résultats du procès contre l’UNADFI qui ont tardé, les élections présidentielles et législatives qui ont occupé les esprits et dont nous reparlerons dans la suite de cette lettre du moins dans le domaine qui nous concerne et enfin beaucoup de travail, de sollicitations et donc peu de temps pour écrire.

Pour respecter la chronologie des événements, parlons d’abord d’un événement qui a eu lieu en Avril et qui a son importance pour notre association : L’AG de l’Omnium des libertés a eu lieu, par une belle journée ensoleillée, le samedi 7 avril, au lieu dit le Pont du secret en forêt de Brocéliande près de Paimpont, dans la propriété de l’une de nos adhérentes et amie pour éviter d’éventuelles manœuvres discriminatoires telles que nous en avons connues par le passé de la part des antisectes, des agents de la municipalité « socialiste » de Rennes et de l’état français qui ont fait main basse en toute illégalité sur la vie associative et la liberté d’expression dans cette ville.

Peu importe ! Les chiens aboient et la caravane passe. Nous sommes toujours là et nous y serons encore bien après la disparition de la secte des antisectes, de ses adeptes dopés à la diffamation et à l’intolérance religieuse, aveuglés jusqu’à la folie par la haine d’autrui et de sa différence. Peu importe ! Leur combat et leurs idées appartiennent déjà au passé.

Cette assemblée générale s’est bien déroulée : d’abord la projection du film du CICNS « 120 minutes pour la liberté spirituelle (1ère partie), puis le bilan d’activité de l’Omnium et le rapport financier tous deux approuvés à l’unanimité des membres présents ou représentés, le quorum étant atteint.

LIRE LA SUITE

Une lettre un peu tardive en ce début d’année 2007 qui aura été fertile en évènements et en initiatives  de toutes sortes sur lesquels nous reviendrons plus longuement par la suite. Tout ceci nous a bien occupé notamment en ce qui concerne les courriers envoyés aux parlementaires et présidentiables pour certains d’entre eux. Vous trouverez donc dans les pages 3 et 4 de cette lettre le texte envoyé aux 577 parlementaires. Comme vous en avez été déjà informés, la troisième et, nous osons l’espérer, la dernière commission parlementaire n’a pas été un succès pour ses promoteurs qui ont fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose sur le plan législatif, Dieu merci !

Ils ont cependant, comme à l’accoutumée, usé et abusé des médias, du mensonge, des informations et des affirmations sans fondements. Le manque total d’éléments à charge concernant l’influence dangereuse des « sectes » sur les enfants n’a échappé à personne et nous avons donc saisi l’occasion de ce fiasco politico-médiatique pour alerter les parlementaires et la presse sur les agissements de la Miviludes et des anti-sectes.

Il ne s’agit pas de notre part d’un effet d’annonce mais d’une volonté profonde de nous enraciner, dans les années qui viennent, dans un processus juridique qui commence à porter ses fruits à différents niveaux. J’en veux pour preuve le changement profond d’attitude à notre égard que je constate dans les milieux d’avocats et de juristes en général. La notion d’atteinte grave aux libertés pour les motifs que nous invoquons depuis des années à fini par faire son chemin dans la conscience et aussi dans la mémoire des français.

LIRE LA SUITE

{lang: 'fr'}
Share on Facebook