Un statut pour en finir avec le faux problème des sectes en France
  • Atteintes aux libertés.
  • Un statut pour en finir avec le faux problème des sectes en France.
  • Le bide de la loi About-Picard et son danger.
  • Procès des époux Larère, la vaccination en question.
  • 2ème et dernier appel à cotisations 2015. Merci d’avance !

Chers (ères) amis (ies),

Atteintes aux Libertés.

La vocation première de l’Omnium des Libertés individuelles et associatives (nom complet de l’association) est, comme son nom l’indique, de défendre les libertés en général et tout particulièrement les libertés de conscience, de croyance et de choix thérapeutique. La France, « la patrie des droits de l’homme », a été en 2001 à l’origine d’une première mondiale (et unique heureusement !) : la loi About-Picard, loi inquiétante pour la liberté de conscience, fortement contestée à l’époque mais toujours en vigueur (voir article dans la suite de la lettre). Cette loi doit sa promulgation à l’action de l’UNADFI et des associations antisectes à la suite de l’affaire du Temple solaire qui a servi de tremplin à la politique de répression que subissent depuis les nouveaux mouvements spirituels. L’Omnium des Libertés, partie civile dans le procès de l’OTS à l’époque à suivi l’affaire de A à Z avec les avocats et les experts des parties civiles. Nous avons mené nous-mêmes notre enquête à l’époque pour en conclure à l’origine criminelle (commando militaire) de ce faux suicide de 16 adeptes dans le Vercors (Voir lettres Omnium de janvier 2012 et juin 2012).

            Voici qu’à la faveur des évènements du 11 janvier 2015 (attentat de Charlie hebdo) le parlement est en passe de voter une loi antiterroriste autorisant les services de l’Etat à espionner par les moyens les plus sophistiqués (écoute systématique des téléphones, portables, e.mails) tous les citoyens soupçonnables de « déstabilisation de l’Ordre public ». Hors on sait que cette politique, mise en place aux USA après l’attentat des Twin Towers, a permis aux services de renseignements américains de déborder très largement de leur but initial de protection des populations contre le risque terroriste pour atteindre gravement aux libertés individuelles et à la liberté de la presse de façon très nette. Les journalistes et les lanceurs d’alerte ont quelques soucis à se faire quant à liberté d’expression et ils s’inquiètent sérieusement quant à la révélation possible de leurs sources que cette nouvelle loi autorisera. Sous prétexte de protection de la population les politiques en profite en profite pour placer ses billes et se protéger contre les journalistes insidieux et des lanceurs d’alerte.

            Sur un autre registre, l’Etat compte renforcer les condamnations des parents pour non vaccination de leurs enfants dans les limites imposées par la loi et même étendre le nombre des vaccinations obligatoires. L’ordre des médecins incite les médecins généralistes et autres à dénoncer les clients récalcitrants et à demander leur condamnation pénale (voir article dans la suite de la lettre). Ceci s’inscrit en droite ligne dans l’origine Pétainiste de l’Ordre des médecins et son passé plus que douteux dans la dénonciation des médecins juifs pendant la guerre. Les médecins, par ailleurs, font grève pour diverses raisons mais principalement parce qu’ils se rendent compte « enfin » que l’on essaie (l’Etat, la sécurité sociale, les labos et leur Ordre « francisquain ») de faire d’eux des fonctionnaires n’ayant plus aucune liberté ni autonomie de prescription. Le prescripteur maintenant c’est la sécu et les labos qui n’ont strictement aucun droit de prescription. Les médecins en général mais surtout les médecins homéopathes, acupuncteurs, phytothérapeutes, anthroposophes etc…ont des soucis à se faire pour l’avenir de leurs prescriptions et de leur profession alors que la demande d’une autre médecine plus naturelle et plus humaine est en forte expansion en France. D’après nos renseignements 3000 médecins sont officiellement classés comme appartenant à la mouvance sectaire mais ce chiffre est certainement très inférieur à ceux qui sont réellement fichés et surveillés. Par ailleurs, comme vous le savez déjà, l’ensemble des quelques 100000 thérapeutes non médecins recensés en France ont tous été classés sectaires par la commission sénatoriale et la Miviludes. Ce qui veut dire que tout ce qui cherche vraiment à contester l’Ordre du « Meilleur des Mondes » établi par les politiques de tous bords, les banques, Bigpharma etc…) risque d’être mis au banc de la société comme nous le sommes. Ce qui est rassurant c’est que nous commençons à être vraiment très nombreux à ne plus se reconnaître dans le système (plusieurs millions) sans pour autant tomber dans l’escarcelle de l’extrême droite ou de l’extrême gauche. Ca va bien finir par se faire sentir !

            Comme vous le voyez nous n’avons pas fini de nous battre pour nos libertés et le combat pour les libertés de conscience et de croyances débouche inévitablement sur le combat pour les libertés en général. Quand on s’attaque à l’un c’est à l’autre que l’on s’attaque ! L’Etat veut régner en maître sur tout ce qui pense, croit, agit ; L’Etat veut venir à bout de toutes les différences d’avec sa doctrine inféodée aux idéologies de droite ou de gauche. Mais la démocratie et la république se doivent faire une place à tous les citoyens et à toutes les différences, c’est le sens même de la vie publique et de l’humanité.

Un statut pour en finir avec le faux problème des sectes en France.

On voudrait nous faire croire qu’il y aurait en France des vraies religions qui mériteraient un vrai statut (loi 1905 par exemple) et de fausses religions qui méritent l’exclusion et les poursuites par un Etat soi-disant laïque. Qui peut décider du caractère religieux, spirituel authentique ou non d’un groupe qui demande le statut cultuel  ou autre: les Flics, le préfet, les barbouzes, la Miviludes, le ministère de l’intérieur ; Laissez-moi rire!!! On met en avant la dangerosité des sectes alors même que la délinquance et les atteintes à l’ordre public y sont très faible par rapport à la moyenne nationale, bien loin en tout cas des multiples affaires de pédophilie de nos camarades du clergé catholique et des exactions des ressortissants de l’Islam radical.

Nous nous battons depuis des années pour nous faire respecter et faire respecter la loi qui doit être la même pour tous les citoyens, la même pour toutes les associations à caractère religieux ou spirituel c’est-à-dire à caractère cultuel qu’il s’agisse d’une église ou d’un nouveau mouvement religieux. Il faut être clair soit un mouvement a un caractère religieux ou spirituel et il s’agit alors d’une association de type cultuel qu’il convient le respecter sous peine de condamnation pénale soit il s’agit d’autre chose. La loi de 1905 (et celle de 1907 par voie de conséquence) punit « de la peine d’amende prévue pour les contraventions de la 5ème classe et d’un emprisonnement de six jours à deux mois ou de l’une de ces deux peines seulement ceux qui, soit par voies de fait, violences ou menaces contre un individu, soit en lui faisant craindre de perdre son emploi ou d’exposer à un dommage sa personne, sa famille ou sa fortune, l’auront déterminé à exercer ou à s’abstenir d’exercer un culte, à faire partie ou à cesser de faire partie d’une association cultuelle, à contribuer ou à s’abstenir de contribuer aux frais d’un culte » (article 31). « Seront punis des mêmes peines ceux qui auront empêché, retardé ou interrompu les exercices d’un culte par des troubles ou désordres causés dans le local servant à ces exercices » (article 32). Autrement dit la politique actuelle de répression, de diffamation, appuyée par une justice sous influence, mérite des poursuites pénales à tous les niveaux du moins en ce qui concerne les associations dont nous venons de parler.

Il est donc urgent qu’un statut clair soit donné aux « sectes » qui permette comme cela a été le cas en d’autres temps pour les religions classiques de les intégrer au corpus social, de les respecter et qu’elles respectent en retour les lois de la république. Il est temps qu’un véritable organisme indépendant décide qui est quoi et non pas l’Etat qui n’a aucune autorité pour distinguer ce qui est spirituel de ce qui ne l’est pas ; Encore moins les associations antisectes et les organismes (Miviludes) fondamentalement opposés à tout statut et à toute reconnaissance. Profitant de la vague de tolérance et des propos très consensuels de nos dirigeants pour tous les français quelques soient leur appartenance et leur croyance à l’occasion des évènements du 11 janvier 2015, nous allons lancer une opération de grande envergure pour tenter de mettre fin à cet apartheid sectaire qui sévit en France depuis trop longtemps.

Bilan des 10 ans de la loi About-Picard : un énorme bide qui continue !

ouest_france

Lors d´un colloque en 2011 à l´Assemblée nationale pour fêter les 10 ans de la loi About-Picard qui avait introduit le nouveau délit de « sujétion mentale », on a appris que en dix ans seules 4 à 5 décisions, sur les 35 intervenues au total au titre de cette loi, concernaient des « dérives sectaires ». Et, parmi elles, seule la condamnation de Néophare peut être considérée comme emblématique de ce que peut signifier l’introduction du nouveau délit de « sujétion psychologique » introduit par la loi About-Picard. Et encore faut’il modérer cette affirmation car le guru de Néophare n’a pas été condamné pour cette raison et il a été condamné avec sursis dont il n’a pas fait appel (pas fou !). Bref un grand coup d’épée dans l’eau quand on pense au but premier de cette loi (poursuivre massivement les dérives sectaires). Le danger de dérive pour cette loi antidérive reste bien présent tant qu’elle restera en place (voir déclarations diffamatoires, discriminantes, fascisantes et autosuffisantes de Alain Gest ci-dessous). Il est donc temps de la remettre en cause comme le pressentaient certains journalistes  en 2001 lors de sa promulgation (article de Régis Hutain dans Ouest-France ci-dessus) pour qu’elles ne tombent pas entre des mains aussi débiles. Rien n’a changé depuis 2011 le bide est toujours aussi grave voir plus et le danger de dérive fascisante est toujours là ! Tant que les délires des Gest, des Picard, des Fenech, des Vuilque existeront, qu’ils auront une écoute et des subventions très substantielles des gouvernements de gauche comme de droite, la tolérance et l’égalité de toutes les croyances prêchées  par Hollande, Vals et avant eux Sarkozy (qui avait même été jusqu’à recevoir le scientologue Tom Cruise) pourront être considérées comme un enfumage de première.

Alain Gest, député de la Somme, rapporteur de la commission parlementaire « Les sectes en France », avait publié en 1995 une liste de 172 mouvements nommément désignés à la vindicte publique, ce qui avait provoqué une polémique qui n’est toujours pas tarie vingt ans plus tard. Lors du colloque de 2011, il a affirmé en « assumer pleinement le principe » qui avait permis d’envoyer « un signal fort » à la société toute entière. « A de très rares exceptions près, notre liste était juste et légitime, malgré les vives protestations des groupes concernés. Tout au plus regretté-je de ne pas avoir suffisamment distingué le caractère plus ou moins dangereux de ces organisations de leurs aspects farfelus. Mais cette liste a rendu d’inestimables services aux magistrats, aux municipalités (pour des problèmes de location de salle, par exemple), aux travailleurs sociaux, etc. Je regrette qu’une actualisation de cette liste (existant au sein de la Miviludes) ne soit pas rendue publique.

Procès des époux Larère.

Les époux Larère sont devenus le symbole d’un mouvement croissant de défiance vis-à-vis de la vaccination. Marc et Samia Larère refusent de faire vacciner leurs deux enfants, car les vaccins disponibles sur le marché présentent, selon eux, trop de risques et protègent contre des maladies qui n’existent plus en France, malgré quelques cas de tétanos répertoriés chaque année. Ils soulignent également que le vaccin contre les seuls diphtérie, tétanos et poliomyélite, aussi appelé DTP, n’est plus disponible sur le marché et que les vaccins utilisés aujourd’hui intègrent d’autres valences (des souches de maladie), pour lesquelles la vaccination est facultative. Seul le DTP est rendu obligatoire par le Code de la santé publique et le fait de s’y soustraire est réprimé par le Code pénal. La substitution d’un vaccin obligatoire par un autre avec des éléments facultatifs n’est pas légale sans le consentement des patients ou des parents en l’occurrence. Les parents ont été signalés à la Protection infantile par un pédiatre du centre hospitalier où ils avaient fait la visite des neuf mois de l’enfant. Le service du conseil général les a d’abord convoqués avant de les signaler au parquet.

marcEn France le DTP reste obligatoire pour un enfant. Par contre la loi permet de dire NON à la vaccination obligatoire. La loi est claire sur l’acte médical, car si on pose la question à la loi, la loi dit que OUI la vaccination est un acte médical. Mais peut-on accepter ou refuser un acte médical en France ? La réponse est OUI, on peut le refuser !

Le Conseil constitutionnel a rendu son jugement le vendredi 20 mars, « Le caractère obligatoire de la vaccination, présent dans le code de la santé publique, n’est pas contraire à la Constitution de 1958 ». Les hauts magistrats justifient leur décision par la compétence du Parlement de « définir une politique de vaccination afin de protéger la santé individuelle et collective ».

Marc et Samia Larère, seront donc renvoyés au tribunal correctionnel d’Auxerre dans les prochains mois, ils encourent toujours deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende…À suivre !

Pour information

vaccin

«Les vaccins, c’est absolument fondamental pour éviter les maladies», a rétorqué la ministre de la Santé sur i-Télé. «Il y a un mouvement qui me préoccupe en France de méfiance, de défiance même vis-à-vis des vaccins (…) La liberté s’arrête là où commence la santé publique et la sécurité de l’ensemble de la population», a ajouté Marisol Touraine. Début septembre, le Haut conseil de la Santé publique, qui conseille le ministère, a estimé que le maintien ou non de «l’obligation vaccinale en population générale» relevait «d’un choix sociétal méritant un débat que les autorités de santé se doivent d’organiser», soulignant que parmi les pays industrialisés, seules la France et l’Italie imposent encore des vaccins.

Nous vous montrerons Madame la ministre que la liberté ne s’arrête pas où commence la santé publique telle que définie par vous mais par les citoyens majeurs et refusant la vaccination obligatoire que nous sommes. En attendant je préfère être à ma place qu’à la vôtre qui portez la mort d’innocents sur la conscience et la maladie de milliers d’autres enfants victimes de vaccins mal conçus et dangereux. Ca ne vous portera pas bonheur croyez-moi.

__________________________________________________________________________

 

APPEL A COTISATIONS POUR l’ANNÉE 2015 :

N’oubliez-pas d’envoyer vos cotisations à l’Omnium des Libertés pour l’année 2015 et de nous retourner la fiche d’inscription ci-jointe. La cotisation 2015 restera à 35 € comme les années passées, la cotisation de soutien à 50 € et les dons en fonction de vos possibilités pour ceux qui peuvent le faire. Merci d’avance de votre participation à la vie et aux frais de notre association (loyer du local et divers frais techniques, frais d’expédition, Internet). N’oubliez-pas que nos moyens sont très modestes et que votre participation nous est absolument indispensable. Et bien sûr n’hésitez-pas à nous écrire et à nous suggérer des idées et à nous transmettre des infos comme les années précédentes.

Salut à tous et à bientôt  Jacques Dubreuil

 

BULLETIN D’ADHÉSION 2015 A L’OMNIUM DES LIBERTÉS.

 

     NOM :…………………………………..Prénom :…………………………………………  

     Adresse :…………………………………………………………………………………….

         ……………………………………………………………………………………………

     Tél :……………………………….. E.mail :………………………………………………..

 

     Je souhaite recevoir la lettre Omnium par courriel :…………………………………….

     Je souhaite recevoir la lettre Omnium par courrier postal :…………………………….

     Je souhaite recevoir les deux :…………………………………………………………….. 

 

     Cotisation à l’association :     35 euros.

     Cotisation de soutien :           50   euros.

     Don à l’association :……………..euros.

     Chèques libellés à l’Ordre de : Omnium des Libertés.

 

     Bulletin à renvoyer à : ASSOCIATION de L’OMNIUM des LIBERTES.

                                                Le Pont du secret – 35 380 – PAIMPONT. 

                                           Tél : 06 80 33 47 54 (portable de Jacques Dubreuil).

                                 E.mail : dubreuiljacques.omnium@orange.fr

{lang: 'fr'}
Share on Facebook