Une liste noire des sectes

Lettre d’information de l’Omnium des libertés avril 2009

  • Une liste noire des sectes, quand l’intolérance zéro rejoint le Troisième Reich.
  • Relaxe du Docteur Guéniot à Lille : une déculottée pour l’ADFI.
  • Fillion viole la liberté de parole et d’expression en France en interdisant la conférence de Jean-Jacques Crèvecoeur.

Tout d’abord un grand merci à tous ceux d’entre-vous qui ont pensé à nous envoyer leurs cotisations Omnium pour l’année 2009 et un très grand merci à tous ceux, nombreux cette année, qui ont versé une cotisation de soutien à l’Omnium pour nous aider à finaliser le projet de secrétariat dont nous vous avons parlé dans la lettre Omnium de Janvier. Nous n’avons pas encore pu réunir les fonds nécessaires mais nous ne nous désespérons pas d’y arriver pour le plus grand bénéfice de tous. Le besoin de ce secrétariat commun à plusieurs associations militantes pour répondre aux besoins des citoyens français en « résistance » contre les antisectes et les pouvoirs qui les soutiennent, se fait de plus en plus sentir. Ce n’est pas ce qui arrive dans la suite de cette lettre qui me démentira. En effet les événements se précipitent autour de Georges Fenech, le président de la Miviludes et de François Fillion, Premier Ministre. Ce dernier, comme Jospin a soutenu la Mils et A.Vivien en son temps, soutient Fenech et la Miviludes envers et contre tous, même ses propres collègues et amis. N’en doutons pas, s’il ne change pas de politique rapidement, il risque de finir comme son prédécesseur, aux oubliettes. A tout seigneur tout honneur, citons un article de Jean Langlais sur Fenech, la Miviludes et les listes noires du Troisième Reich :

Une liste noire des sectes, quand la tolérance zéro rejoint le troisième Reich.

C’est la deuxième fois que Georges Fenech, Président de la Miviludes, s’illustre en prônant des résolutions tirées tout droit de l’exemple National socialiste allemand, lors de son accession au pouvoir en février 1933.

La première fois, lors de son soutien au projet de loi sur la rétention de sûreté, Georges Fenech avait fait référence à un précédent qui d’après lui avait bien fonctionné en citant celui de la république de Weimar. C’était sans compter sur le Canard Enchaîné de l’époque qui avait souligné que cette loi avait été signée par un certain Adolphe Hitler le 27 novembre 1933, tandis que ladite république était aux mains des nazis depuis 9 mois. Aujourd’hui, c’est sur la liste noire des sectes que Georges Fenech dérive en déclarant sa volonté de mettre à jour un référentiel sur les sectes

Les précédents en Europe des listes noires des mouvements spirituels et religieux et des sectes sont très rares. En fait, le seul précédent est la liste publiée le jour du Reichstagsbrandverordnung, c’est à dire l’ordonnance du 28 février 1933 publiée par le gouvernement dont Hitler était le chancelier, ordonnance liberticide qui annulait les principes démocratiques de la république de Weimar et donnait le coup d’envoi à la période la plus sombre de l’histoire moderne européenne

Ce jour, le gouvernement du Troisième Reich établissait une liste de sectes interdites au nom de « la protection du peuple et de l’Etat ». Aujourd’hui certains ajouteraient « et de la famille et de l’individu »

Cette liste comprenait les Témoins de Jéhovah, les anabaptistes, les adventistes du 7e jour, les mouvements gnostiques… elle sera régulièrement mise à jour (Georges Fenech : « le rôle de la Miviludes est aussi de remettre à jour les données concernant les mouvements déviants ») par les nazis pour y inclure les astrologues, les occultistes, la Science Chrétienne, l’anthroposophie, la théosophie (si l’anthroposophie n’était pas dans la liste des sectes de 1995, elle avait rejoint le peloton lors du rapport 1999 de la Miviludes).

La justification de cette liste est retrouvée dans un ordre émanant du nazi Heydrich (cote D59 du procès de Nuremberg) qui établit une marche à suivre pour éliminer ces différentes « Sociétés religieuses et Sectes » et faire arrêter et interner en camp de concentration toutes les personnes connectées à ces mouvements. Le préambule de cet ordre est édifiant : « Dans la présente lutte pour la destinée du peuple allemand, il est nécessaire de protéger non seulement la santé physique de notre peuple mais aussi sa santé spirituelle, à la fois au plan individuel et au plan collectif. Le peuple allemand ne peut plus être exposé à des enseignements occultistes qui prétendent que les actions et missions des êtres humains sont sujettes à de mystérieuses forces magiques. »

Un exemple à ne pas suivre, et pourtant suivi de si près…

Rappelons que les témoins de Jéhovah figuraient déjà sur la liste des nazis et qu’ils figurent toujours en bonne place dans le rapport parlementaire de 1995 et de 1999. Rappelons à nos « bons parlementaires français » que des milliers de témoins de Jéhovah et de « sectaires » sont morts en déportation dans les camps d’extermination nazis, marqués du triangle violet, avec leurs camarades homosexuels (triangle rose), tsiganes (triangle vert) et juifs (étoile jaune), prisonniers politiques (triangle rouge), criminels (triangle noire) et handicapés. Rappelons encore que le régime de Vichy, sous Pétain, a contribué très largement à cette abomination avec la complicité d’une part non négligeable de la population et de l’administration française. Cette extermination massive et brutale succédait elle-même à des siècles d’inquisition de l’église et du pouvoir politique contre les juifs, les sorciers, les sorcières surtout, les païens et les mal pensants. Nous n’aurons quand à nous aucun répit tant que la menace de telles horreurs se fera sentir.

Le hasard a voulu que je naisse juste après la guerre dans une famille charentaise très engagée dans la résistance, la famille Dubreuil et que mes parents aient été placés tous les deux à la garde rapprochée de Pétain à l’ Ile d’Yeu. J’ai donc vécu les premières années de ma vie dans l’appartement voisin de Pétain et souvent en compagnie du vieux maréchal avec mon frère Paul. Le hasard a voulu également que je devienne professeur de yoga, phytothérapeute- guérisseur et pour couronner le tout membre du clergé de l’église orthodoxe celtique. Le hasard a voulu que je sois gravement diffamé et classé « secte » malgré un jugement très favorable. Je ne crois pas vraiment au hasard pour ne pas dire pas du tout et je suis de ceux qui assument leur destin jusqu’au bout. Je l’assumerai vis-à-vis de Fenech et ses collaborateurs comme je l’ai assumé auprès de Joël Labruyère et avec quelques amis fidèles contre Vivien et ses collaborateurs. J’espère que vous me rejoindrez nombreux dans cette lutte dont l’importance ne saurait vous échapper.

Certains me diront que la situation que nous vivons n’a rien à voir avec le régime en question ou l’avènement d’Hitler au pouvoir. En êtes vous bien sûr ! Tout cela s’est fait en douceur, sans qu’il n’y paraisse au départ, en aliénant les libertés des uns avec l’approbation des autres pour enfin aliéner la liberté de tous avant d’arriver à une nouvelle forme du fascisme.

Concernant Fenech, indépendamment des actions menées en justice par certains amis au plan national et auprès des organismes internationaux, j’ai pris l’initiative d’un contact personnel avec des personnalités politiques proches du pouvoir. Cela donnera ou non un résultat mais il convient parfois de prévenir plutôt que de guérir. Je ne peux vous en dire plus pour le moment, Fenech n’a pas que des amis au gouvernement et ailleurs :

« La Ministre de l’intérieur a écrit au Premier Ministre pour que ce dernier « cadre » l’action de la Miviludes et de son président Georges Fenech en proie à une dérive totalitaire…

Mauvaise nouvelle pour Georges Fenech, Président de la Miviludes, qui après avoir vu le parquet de Paris requérir 6 mois de prison à son encontre dans le cadre de sa participation à l’Angolagate, a aussi vu Matignon recevoir une lettre du Ministère de l’intérieur, dans laquelle Michèle Alliot Marie demandait à ce qu’on cadre les actions de la Miviludes… C’est suite à l’annonce faite par Fenech de recompiler une liste noire des sectes (entendre liste noire des mouvements religieux et spirituels minoritaires) que le courrier est arrivé dans les mains de François Fillon

D’après le journal le Parisien, Michèle Alliot Marie a ainsi pointé sévèrement du doigt la démarche de la liste noire qui remettait en cause le droit fondamental de la liberté de conscience, ainsi que la fragilisation de la France sur la scène européenne et internationale, la politique française en matière de nouveaux mouvements religieux étant régulièrement décriée par les instances européennes, l’ONU et le département d’état américain. La liste noire de 1995, compilée à la hâte à partir de documents anonymes des Renseignements Généraux par 7 parlementaires déjà partie prenante du débat, avait conduit Jean-Pierre Raffarin (alors premier ministre) à l’invalider dans une circulaire de 2005, suite aux injustices commises par son utilisation et relevées par les associations et institutions européennes et internationales de protection des droits de l’Homme. » Source : Le Parisen-Fenech-liste noire.

Relaxe du Docteur Guéniot à Lille 

L’une des grandes lignes de la politique de la Miviludes sous la Présidence de Fenech est la répression des « nouvelles approches sectaires sous couverts thérapeutiques » autrement dit la lutte sans merci contre les médecines alternatives et les mouvements qui militent pour le libre choix thérapeutique et contre la fin du monopole de l’ordre des médecins (créé sous Vichy), de l’ordre des pharmaciens (créé sous Vichy) et de l’industrie pharmaceutique sur la santé des Français. Il ne se passe pas de jour sans qu’une affaire ou une autre dans ce sens ne parvienne à nos oreilles et nous allons en citer deux récentes pour l’exemple :

Lille: La cour d’appel de Douai a relaxé un médecin, ex-membre du mouvement du Graal, le Docteur Guéniot, condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis et l’interdiction d’exercer, pour non assistance à personne en danger, après la mort, en 1997, d’une patiente cancéreuse.

En réalité l’unique consultation qui avait eu lieu en mars 1995 n’avait donné lieu qu’à la délivrance « d’une unique ordonnance pour de l’acide ascorbique sur quelques jours », dans l’attente de prescriptions ultérieures par ses confrères en particulier le Docteur Saint Omer et un cancérologue parisien qu’elle ira finalement consulter mais trop tardivement, du moins au regard de sa pathologie.

L’ADFI, toujours elle, s’était constituée en tant que partie civile. Elle est considérée comme la partie principale qui conduira l’enquête à impliquer Gérard Guéniot à l’encontre des premiers témoignages de la patiente et en alimentant la presse et le procureur sur les soi-disantes théories du mouvement du graal en matière de santé et le soi-disant rôle de Gérard Guéniot dans ce mouvement. C’est encore elle qui, en divulguant dés janvier 1996, l’appartenance du Docteur Saint Omer au mouvement du Graal a voulu bâtir le mythe du gourou et du disciple. Si la cour reconnaît la légitimité de l’ADFI à se porter partie civile dans cette affaire, elle confirme le jugement de première instance qui la déboutait de toutes ses demandes. J’espère que la cour reconnaîtra la légitimité de l’Omnium des Libertés à se porter partie civile dans le cadre d’une éventuelle plainte contre l’ADFI des victimes de cette affaire. Pour l’un des avocats du Docteur Guéniot, maître François Jacquot (l’autre est Maître Xavier Autain), c’est la fin d’une horreur judiciaire qui a duré 15 ans. La patiente, madame Marsaleix n’avait vu qu’une seule fois le Docteur Guéniot dans les conditions que l’on sait 22 mois avant sa mort. Je remercie le comité de soutien du Docteur Guéniot des informations qu’ils ont bien voulu me faire parvenir et je félicite les avocats.

Sous le haut patronage de la Miviludes et les conseils de Fenech, le premier ministre Fillion a interdit la projection du film de Jean-Jacques CREVECOEUR sur la vie du docteur Hamer (seul contre tous) sur tout le territoire français. Du même coup Jean-Jacques Crèvecoeur s’est vu interdire non seulement la projection de son film sur Hamer mais également l’ensemble de ses conférences (thème : « Les maladies ont-elles un sens ») sur le territoire français. Michel Gautier, Maire de Betton, en Ille et villaine, après avoir reçu des instructions de l’ADFI (il l’a confirmé !) a interdit, au dernier moment, la conférence de Jean-Jacques Crèvecoeur, programmée depuis plus d’un mois au cinéma indépendant « Le Triskell ». Au dernier moment, bien sûr, pour rendre impossible toute stratégie de repli, selon les bonnes habitudes de cette association.

L’association « Action Santé Libertés » que nous connaissons bien et qui organisait les conférences de Jean-Jacques Crèvecoeur a eu la surprise d’apprendre qu’elle était considérée également comme un mouvement sectaire par l’ADFI.

Le maire de Betton peut être assigné en justice pour violation de la liberté de parole et d’expression d’une part et d’autre part pour violation de la liberté de réunion et d’association. Mais la responsabilité de l’ADFI dans cette affaire est clairement engagée. Quand à celle du premier ministre et de Fenech, si elle ne fait aucun doute, il ne fait pas de doute non plus que ces messieurs agissent en toute impunité. Nous suivrons de très près cette affaire « bretonne » à caractère national voire international !

En toute impunité comme les médecins responsables de la mort d’une centaine de malades dans l’affaire de l’hormone de croissance. 15 ans de procédure pour rien alors que la responsabilité des médecins incriminés est de notoriété publique. Ils avaient eu clairement connaissance des risques d’une possible contamination des cadavres sur lesquels étaient prélevées les hypophyses (dont on retirait l’hormone de croissance) par le prion de la maladie de Creuzfeld-Jacob. En France la médecine officielle peut tuer en toute impunité des dizaines de milliers de personnes.

En guise de conclusion, saluons l’ouverture à Phnom Penh, du procès de Kaing Guev Eav, alias Douch, l’un des responsables présumés du génocide perpétré au Cambodge par le régime communistes des Khmers rouges et qui a fait en quatre ans près de 3 millions de morts. Réfugié en Thaïlande, Douch a été arrêté en 1999 et attend depuis en prison son jugement. En tant que directeur d’un centre de détention et de torture, il est reconnu d’être directement responsable de la mort d’au moins 12380 personnes. Le tribunal cambodgien est parrainé par l’ONU qui espère que, par ce procès, les Cambodgiens pourront envisager enfin l’avenir et un minimum de réconciliation nationale. Rappelons que l’avènement des Khmers rouges au pouvoir au Cambodge avait été salué par une bonne partie de « l’intelligentsia » en France et même par certains médias importants comme le Monde. Continuer à nous soutenir. A bientôt.

Jacques Dubreuil.

Lettre d’information de l’Omnium des libertés avril 2009 en PDF

{lang: 'fr'}
Share on Facebook